Auberge la Fontaine aux Bretons

Un lieu chargé d’histoire

Le nom « La Fontaine aux Bretons » remonte à l’époque des Pèlerins Bretons qui se rendaient à Saint Jacques de Compostelle. Ils s’arrêtaient ici même afin de se rafraîchir à la fontaine qui se trouve maintenant au centre du potager. Cette courte halte leur permettait de reprendre des forces pour continuer leur chemin.

1897 : Fin de la construction du Juvénat Saint-Joseph, immense bâtisse surplombant l’océan. Pendant plus de 70 ans, il accueillit entre 100 et 200 jeunes religieux, frères de St Jean Baptiste de la Salle, se destinant à l’enseignement.

1903 : Construction de la ferme St Joseph aujourd’hui « l’Auberge la Fontaine aux Bretons ». Cette ferme était utilisée par les frères pour la culture et l’élevage, ce qui leur permettait de vivre en totale autarcie. Vous remarquerez la présence d’une cuve à eau le long du mur en pierres dans l’enceinte du potager. Elle leur servait à stocker l’eau de pluie pour l’irrigation des cultures.

1974 : Fermeture du Juvénat, faute d’effectif. La ferme a, quant à elle, continué de fonctionner jusqu’à la fin des années 80. La production était alors destinée à une consommation externe, vendue en partie sur le site. Cette même année, création de l’association Saint Michel. Le Juvénat devient alors un centre de vacances qui a fermé ses portes en 2016.

1996 : Rachat de l’ancienne ferme des Frères par un investisseur privé, Michel Pavageau, l’actuel gérant de l’Auberge La Fontaine aux Bretons.

1998
: Automne : début des travaux.

1999 : Fin avril : l’Auberge la Fontaine aux Bretons ouvre ses portes avec son restaurant, sa résidence*** et ses salons dédiés aux séminaires et réceptions.

28 mars 2009 : l’Auberge la Fontaine aux Bretons devenue un lieu incontournable de Pornic,  fête ses dix ans et reçoit à cette occasion plus de 1000 personnes : clients, partenaires, fournisseurs et amis.


Un art de vivre

« Succombez au charme et à la magie, ce lieu vous raconte une histoire du temps passé, un conte tout droit sorti de l’enfance.
Les murs en pierres apparentes côtoient les mezzanines boisées et les poutres séculaires. Meubles d’un autre âge, confortables divans aux couleurs ocres, feu de cheminée, … tout donne à ce lieu magique une atmosphère douce et intime. Ici la nature s’épanouit en harmonie avec les bâtiments chargés d’histoire.
Un cadre juste et authentique pour faire revivre le passé, évoquer les odeurs et les matières oubliées…pour se sentir un peu comme à la maison.

Plus qu’un hôtel de charme à Pornic, un havre de paix !


Un environnement unique

L’Océan et la nature ont pris possession de ce domaine baigné par les embruns et la verdure. Au fil des saisons, le jardin, la vigne et les pâturages montrent un nouveau visage à la fois authentique, mystérieux et généreux.

Tout d’abord l’Auberge laisse apercevoir le large d’où on devine l’île de Noirmoutier puis s’entoure des rangées de vignes où s’épanouissent le Chenin et le Grolleau. En se rapprochant, le mur d’enceinte laisse apparaître l’étendue du jardin, des pâturages où règnent les animaux en toute quiétude. Petit à petit le jardin offre tous ses trésors : le long des allées fleuries les poiriers taillés au cordeau se réveillent à l’automne, les rosiers, clématites et autres plantes vivaces s’ouvrent au printemps tandis que les légumes mûrissent à tour de rôle.

Derrière, la basse cour, les moutons des Landes de Bretagne, l’ânesse, les lapins et les chèvres des fossés gambadent et font vivre ce lieu à la façon des fermes d’antan.

L’Océan tout proche invite à la balade le long du sentier des Douaniers où s’égrènent les fameuses pêcheries, emblèmes de la côte de Jade.

Quand la côte Atlantique rime avec unique, magique et authentique !

« Nous avons passé des vacances à Pornic pour la première fois ! Cette côte sauvage préservée est exceptionnelle ! Nous y reviendrons dès que nous le pourrons. »

Famille Lafont – printemps 2013

Découvrez Pornic avec le site de l’Office de tourisme.


Visite guidée

Dans le potager clos, les allées fleuries bordées de poiriers taillés en cordon encadrent les plates-bandes de légumes destinés à la cuisine de l’Auberge.
Terrasses dallées ou engazonnées, fleuries de rosiers, clématites, plantes vivaces et cloisonnées de plessis d’osier assurent la transition entre le bâtiment et les jardins environnants.
Derrière la terrasse du couchant, la piscine et la pièce d’eau plantée de nymphéas constituent des espaces propices à la détente ou au farniente.